Gestion

Pourquoi et comment faire monter ses salariés en compétences ?

Les entreprises ne sont plus de simples lieux de travail où, de temps en temps, des formations ou des séminaires sont proposés aux salariés. De nos jours, elles se présentent comme « des organisations apprenantes » et accordent une attention particulière à la montée en compétences de leurs employés.

Pourquoi faire monter les salariés en compétences ?

L’amélioration de l’efficacité

En développant les compétences de ses salariés, l’entreprise améliore leur rendement et leur permet de réaliser plus facilement les tâches. Les collaborateurs bénéficient aussi d’un accroissement de leurs savoirs technique et intellectuel.

La fidélisation des salariés

La concurrence sur le marché du travail étant rude, retenir les membres des équipes est devenu un enjeu capital. En misant sur la montée en compétences des salariés, la confiance de ces derniers envers l’entreprise sera meilleure. Pour peu qu’ils aient aussi un cadre d’apprentissage agréable à leur disposition, ils seront davantage engagés.

Plus de motivation

Selon les résultats d’une étude réalisée par l’IFOP, 72 % des salariés ont déclaré être heureux au travail3 et l’une de leurs sources de motivation est la réalisation professionnelle. Lorsqu’ils se sentent compétents, ils concrétisent leur potentiel et deviennent de véritables valeurs ajoutées dans leurs équipes.

Les managers jouent un rôle important dans l’accès de leurs équipes aux formations. Aussi, des formations entourant le management dans les ressources humaines sont proposées par divers organismes tels que l’école ESGRH.

Une meilleure capacité d’adaptation

Plusieurs aspects externes et internes de l’entreprise sont en perpétuelle évolution :

  • facteurs externes : les normes des industries, les aspects sociaux et culturels, le marché, les restrictions légales, les clients, les fournisseurs, les systèmes politiques, …
  • facteurs internes : la répartition et la localisation géographique, la gouvernance et la structure de l’entreprise, les types de structures, les procédures et les règles internes, les ressources humaines, …

Pour y faire face, le développement de l’agilité est essentiel. Les formations continues ou professionnelles procurent diverses connaissances, ce qui permet de mieux gérer ces changements, parfois perturbateurs.

Les formations professionnelles sont des leviers de motivation incontournables et sont à la fois bénéfiques pour les salariés et les entreprises. Elles améliorent les images de ces dernières et boostent leurs résultats, et leur évitent de recourir aux ressources externes en cas de besoin. En plus de cela, elles dynamisent le monde de l’emploi.

Voici les principaux avantages des formations professionnelles pour les salariés :

  • acquisition de nouvelles connaissances ;
  • amélioration des compétences ;
  • épanouissement dans les tâches ;
  • meilleures possibilités d’évolution dans les entreprises ;
  • adaptation au monde du travail et aux évolutions de la technologie ;
  • sentiment de considération et d’utilité.

Pour information, les formations continues font partie des droits des collaborateurs inscrits dans le Code du travail. Mais même si les entreprises sont dans l’obligation de les proposer, les salariés sont libres de les accepter ou non.

Comment faire monter les salariés en compétences ?

La clarification des besoins en compétences des salariés

Pour aider les salariés à développer leurs compétences, la première étape consiste à identifier leurs besoins. Bien que cette astuce paraisse évidente, elle n’est pas facile à mettre en place dans la pratique.

C’est à ce niveau que les managers interviennent. À travers des échanges et des analyses des postes et des profils des salariés, ils évaluent leurs compétences et conçoivent des parcours de développement personnalisés. Voici quelques-unes de leurs missions :

  • les managers questionnent les salariés sur leurs besoins et leurs envies ;
  • ils dressent les réussites et les problèmes rencontrés ;
  • aussi, ils s’appuient sur les derniers entretiens professionnels.

Le choix de la formation

10 000 formations professionnelles sont proposées en France, dont 1 500 dans les services publics et 8 500 dans les entreprises privées. Elles sont suivies par 15 % de personnes à la recherche d’un emploi, 17 % du personnel du secteur public, 43 % des salariés du domaine privé et 24 % de jeunes.

À cause de leur diversité (longues, courtes, en groupe, à distance, en présentiel, …), il n’est pas facile de choisir celles qui donneront de la motivation aux salariés et répondront aux besoins des entreprises.

Le manager choisira donc la formation adaptée à chaque collaborateur, selon ses objectifs, sa méthodologie de travail, sa personnalité, son intérêt, du temps dont il dispose, …

Alors que 41 % des citoyens des autres pays membres de l’OCDE s’inscrivent à des formations professionnelles chaque année, la France n’enregistre que 32 % d’inscriptions1. Lesdites formations concernent l’amélioration dans un domaine spécifique (l’informatique ou une langue étrangère, par exemple), le développement de nouvelles compétences, le changement de mode de vie, …

La récolte de retours constructifs

Les discussions entre les managers et leurs équipes sont des moments privilégiés pour récolter des feedbacks constructifs. Grâce à la pertinence de ces informations, il sera plus facile d’accompagner les salariés dans leur montée en compétences.

Les retours sont individuels ou collectifs et portent sur :

  • l’amélioration des pratiques et des procédures en interne ;
  • les situations et les expériences ayant favorisé le développement des compétences ;
  • les avantages des formations suivies.

La définition des outils pour le suivi de la montée en compétences

Les entreprises n’investissent que dans des formations parfaitement adaptées aux salariés et qui leur plaisent vraiment (ceux-ci s’y consacrent donc entièrement). Pour gagner en temps, il est conseillé aux managers de consigner les échanges à l’aide d’outils de développement des compétences (le SIRH, par exemple).

Par la suite, les managers et les salariés pourront y ajouter :

  • les types de savoirs et de compétences à développer ;
  • les formations suivies ;
  • les retours sur les formations ;
  • les avancées et les progrès constatés.

Les outils de gestion de compétences offrent plusieurs avantages majeurs :

  • le développement du capital humain : la gestion des compétences donne du sens aux entreprises et aux collaborateurs. Elle optimise le travail des salariés actuels et prépare celui des futurs employés ;
  • l’adaptation des compétences aux métiers : selon les résultats d’un rapport de PwC2, 23 % des entreprises de France sont confrontées à des problèmes d’obsolescence des compétences et 56 % ont indiqué qu’un déficit de compétences a un impact sur leur compétitivité. En optant pour la montée en compétences, elles sont en mesure de relever les défis de l’environnement sociétal et économique ;
  • le recrutement de profils performants : les entreprises ont une vision globale sur leurs ressources humaines et affinent leurs stratégies de recrutement ;
  • la motivation des collaborateurs : grâce aux formations continues, les salariés travaillent plus efficacement et bénéficient d’une satisfaction personnelle.

Le développement des compétences des équipes est l’une des principales missions des managers. Du fait de l’importance de cet investissement, il leur faut devenir des leaders positifs ou des managers-coachs animés par une envie véritable d’accompagnement. Plutôt que de sanctionner, de recadrer ou de contrôler, ils doivent désormais accompagner, expliquer, transmettre, soutenir et motiver leurs collaborateurs. Ainsi, ces derniers éprouvent plus de plaisir à travailler.

Sources :

  1. https://www.helloworkplace.fr/chiffres-cles-formation-professionnelle/
  2. https://www.pwc.fr/fr/espace-presse/communiques-de-presse/2019/novembre/deficit-des-competences-plus-de-la-moitie-des-entreprises-francaises-anticipent-une-perte-de-competitivite.html
  3. https://www.challenges.fr/entreprise/vie-de-bureau/bonheur-au-travail-72-des-francais-considere-que-le-travail-contribue-a-leur-bonheur-personnel_743545

A LIRE AUSSI

PARTAGER L'ARTICLE

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email