Création

Quel salaire en portage salarial ?

Alliant indépendance et sécurité, le portage salarial est en pleine expansion. Avant de se lancer, il est indispensable de comprendre comment la société de portage salarial rémunère le salarié porté. Y a-t-il un salaire minimum en portage salarial ? Comment calculer sa rémunération ? Explications. 

Fixer son TJM et connaître le coût du portage salarial 

En tant que salarié porté, les honoraires facturés aux entreprises clientes constituent votre chiffre d’affaires. Pour fixer votre Taux Journalier Moyen (TJM), vous devez prendre en compte vos frais de fonctionnement, les charges sociales et le nombre de jours travaillés. Prenez le temps de bien négocier avec le client en mettant en avant vos compétences et expériences.  

De manière à fixer un TJM adapté, le salarié porté doit impérativement comprendre le coût réel du portage salarial. Lorsqu’un salarié porté négocie une prestation avec une entreprise cliente, il doit tenir compte des frais de gestion, charges sociales et frais professionnels liés à son activité.  

Les frais de gestion servent de commission à la société de portage salarial, pour financer son fonctionnement et ses services d’accompagnement. Suivant l’entreprise de portage salarial, ils représentent entre 4 et 12 % du chiffre d’affaires hors taxe généré par le salarié porté. Les frais de gestion sont prélevés directement par l’entreprise de portage salarial sur les honoraires du salarié porté. 

En contrepartie de la protection sociale du salarié porté, celui-ci doit payer des charges sociales (patronales et salariales). En effet, le salarié porté est affilié à la Sécurité sociale, il cotise pour sa retraite, le chômage, la mutuelle d’entreprise. Bénéficiant d’une couverture sociale identique à celle d’un salarié, il cotise, tout naturellement, de la même manière. Les charges patronales varient entre 34 et 47 % du chiffre d’affaires hors taxe, augmentant lorsque le salaire est plus élevé. Les charges salariales représentent 22 % du chiffre d’affaires hors taxe du salarié porté. 

Les frais de fonctionnement sont des frais professionnels déductibles pour le salarié porté. Non facturés au client, ils feront l’objet d’une prise en charge si le salarié porté les déclare dans le compte-rendu mensuel à l’entreprise de portage salarial. Toutefois, le montant des frais de fonctionnement ne doit pas dépasser 30 % du salaire brut du salarié porté. Les frais de mission (déplacement, restauration, hébergement) sont facturés directement à l’entreprise cliente. 

Estimer son salaire net en portage salarial  

Le salaire brut d’un salarié porté correspond à son chiffre d’affaires auquel on soustrait les frais de gestion de l’entreprise de portage salarial et les charges patronales. Considérez également la déduction de frais professionnels proposée par l’URSSAFF. Pour obtenir le salaire net du salarié porté, il faut déduire les charges salariales du salaire brut. Ainsi, la formule de calcul est :  

Salaire net d’un salarié porté = chiffre d’affaires – frais de gestion – charges sociales + frais de fonctionnement  

A titre d’exemple, nous pouvons calculer le salaire versé au salarié porté ayant généré un chiffre d’affaires de 10 000 euros hors taxe. Dans un premier temps, vous devez soustraire les frais de gestion : s’ils sont de 8 %, il restera 9200 euros. Déduisez ensuite les charges patronales (2888,80 €), pour obtenir un salaire brut de 6311,20 €, si l’on considère qu’il n’y a pas de frais professionnels. Retirez enfin les charges salariales (1315,60 €) et le salaire net de ce salarié porté sera de 4 995,60 €. Prévoyez donc de facturer un TJM deux fois supérieur au salaire que vous espérez. 

Réserve financière et indemnité de précarité 

Afin de financer les périodes d’intermissions du salarié porté, la société de portage salarial constitue une réserve financière. Cette dernière correspond à 10% du salaire de base de la dernière mission pour les salariés portés en CDI. L’objectif est de pallier la baisse substantielle de rémunération, voire l’absence de rémunération du salarié porté, pendant les périodes d’intermissions. Grâce à ce système de réserve financière, le salarié porté a la liberté de rechercher de nouveaux clients ou de nouvelles missions pendant les périodes d’inactivité.  

Les salariés portés employés en CDD ont droit à une indemnité de précarité équivalente à 10% de la rémunération totale brute. Constituée par la société de portage salarial, elle sera versée au salarié porté à l’issue du contrat de travail, pour complémenter son salaire et compenser la précarité de sa situation. 

Quel est le salaire minimum en portage salarial ?  

La société de portage salarial doit reverser au salarié porté une rémunération mensuelle minimale brute. En fonction de l’ancienneté du salarié porté et de la manière de comptabiliser la durée de son travail (heures, forfait-jour …), l’entreprise de portage salarial lui garantit un salaire mensuel équivalant de 70 à 85 % du plafond de la Sécurité Sociale. Après avoir déduit les charges sociales et les frais de gestion de la société de portage salarial, le salaire du salarié porté ne peut être inférieur, en 2021 à 2288,30 et 2778,65 € respectivement. Par conséquent, seuls les entrepreneurs dont l’activité génère des revenus importants pourront passer au portage salarial.  

Le salaire minimum du salarié porté intègre le salaire de base, les indemnités de congés payés et la prime d’apport d’affaire. Ce salaire est distinct de la réserve financière ou indemnité de précarité que l’entreprise de portage salarial doit constituer. 

(Crédit photo : iStock)

A LIRE AUSSI

PARTAGER L'ARTICLE

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email