Création

Le crowdlending comme alternative de financement pour les TPE/PME

Pour une petite entreprise, TPE ou PME, obtenir un financement peut relever du parcours du combattant. Les exigences des banques sont toujours plus strictes. Le crowdlending s’avère donc une alternative intéressante. Pour quelles raisons et comment y recourir ? On vous explique tout.

TPE/PME et difficultés à obtenir un prêt bancaire

Malgré un contexte économique particulièrement difficile, les banques restent l’acteur privilégié par les TPE et PME françaises. Pourtant, l’exigence d’un apport personnel représentant 20 à 35 % de la somme nécessaire au financement du projet (voire plus pour des projets innovants) a rendu l’obtention d’un prêt professionnel sans apport quasiment impossible.

Heureusement, il existe des solutions alternatives permettant soit de constituer cet apport nécessaire, soit de financer entièrement le besoin de l’entreprise. Parmi celles-ci, se trouvent de nouveaux types de financements comme le crowdfunding, et depuis quelques années le financement participatif rémunéré sous forme de crowdlending et crowdequity.

Le crowdlending : qu’est-ce que c’est ?

Le crowdlending est une catégorie de financement participatif consistant en des prêts octroyés par des investisseurs (particuliers ou professionnels) par l’intermédiaire de plateformes spécialisées. On le distingue du crowdfunding reposant sur les dons (avec ou sans contrepartie) et du crowdequity basé sur la souscription d’actions.

Les plateformes permettant de mettre en relation les entrepreneurs porteurs de projets et les investisseurs sont aujourd’hui nombreuses. On pourra citer à titre d’exemple Pretup, WeShareBonds, Lendopolis, mais il existe bien d’autres plateformes de crowdlending qu’il sera opportun de comparer.

L’essor récent de cette activité a nécessité la mise en place d’une règlementation. Aujourd’hui les plateformes les plus sérieuses se doivent d’être inscrites auprès de l’ORIAS en tant que Conseiller en Investissements Participatifs (CIP) ou Intermédiaire en Financement Participatif (IFP).

Concrètement, voici dans les grandes lignes comment se déroule une levée de fonds sous la forme d’un crowdlending pour une TPE/PME :

  • Vous choisissez judicieusement la plateforme sur laquelle vous organiserez votre collecte.
  • Vous soumettez votre projet de demande de financement.
  • La plateforme étudie votre demande (à la manière d’une banque, en demandant des pièces spécifiques qui peuvent varier d’une plateforme à l’autre).
  • Si celle-ci est acceptée, un contrat est mis en place. Celui-ci précisera les modalités de remboursement de votre prêt contracté via la plateforme auprès de différents investisseurs (durée, taux, modalités de remboursement, commission d’intermédiation…).
  • Votre campagne est lancée et dure généralement un mois.
  • Si le montant est atteint, les fonds sont débloqués et les modalités de remboursement mises en place selon le contrat signé.

Le financement participatif rémunéré : avantages et limites

Eviter le recours au crédit bancaire ou constituer un apport pour une demande de prêt professionnel

Quand on n’a pas l’apport personnel suffisant ou si le projet présente un risque jugé trop important par les banques (soit que le financement ait été refusé, soit qu’il ait été accepté mais avec un taux d’intérêt trop important), il est possible de trouver néanmoins le financement nécessaire à l’activité de son entreprise.

Une question de valeur

Les plateformes sélectionnent les projets. Elles attirent ainsi des investisseurs qui partagent les valeurs de la plateforme et donc des entreprises sélectionnées.

Un contact direct avec les investisseurs

Les plateformes de crowdlending permettent de mettre directement en relation les porteurs de projet et les investisseurs. La rencontre est donc facilitée.

La mutualisation des risques pour les investisseurs

Les investisseurs sont d’autant plus faciles à convaincre dans ce contexte que le risque est partagé entre plusieurs d’entre eux. Chaque investisseur ne finance qu’une partie du besoin.

Transformer ses investisseurs en ambassadeurs

Les investisseurs sont également des clients et même des ambassadeurs potentiels. Leur rémunération étant tributaire du succès du projet, ils seront enclins à faire parler de votre entreprise si votre projet les a séduits.

Effet levier

Avoir réussi à convaincre des investisseurs sur une plateforme de crowdlending est un excellent argument si vous devez, de nouveau ou en complément, solliciter un prêt professionnel au niveau bancaire. Le risque est dilué pour la banque et le projet, quelque part, a déjà prouvé qu’il pouvait séduire.

Donner de la visibilité

Une campagne de financement participatif, quelle qu’en soit la formule, est une très bonne occasion de donner de la visibilité à son projet et donc à son entreprise. C’est l’occasion de faire parler de vous et de séduire de futurs clients, même s’ils ne sont pas des investisseurs.

Une campagne de crowdlending est un projet à part entière de l’entreprise. C’est non seulement un moyen de collecter des fonds, mais aussi l’occasion de développer son réseau professionnel et de mettre en place une stratégie de communication et de marketing efficace.

Néanmoins, ce mode de financement trouve également ses limites. Mieux vaut les connaître pour y prendre garde et donner toutes ses chances à sa levée de fonds.

Tout ou rien

Vous aviez bien préparé votre projet et votre demande, et mis en place une stratégie de communication… Néanmoins, pour une raison encore inconnue (mais qu’il vous faudra identifier), au bout de 30 jours, l’objectif n’a pas été atteint.

Certes, aucun frais ne vous seront facturés en l’absence de déblocage de fonds. Pour autant, vous allez devoir recommencer ailleurs, avec une amère sensation d’échec et de perte de temps.

Il n’est en effet pas possible de récupérer les fonds collectés si le montant total n’est pas atteint, alors que, par exemple, les ¾ de la somme sollicitée aurait déjà pu vous être utile.

Notre conseil. Ne vous laissez pas abattre ! Tâchez d’identifier les causes de cet échec, afin de les corriger avant de vous lancer dans une autre demande de financement. Au besoin, faites-vous accompagner par des conseillers en crédits professionnels.

La communication

Pour donner toutes ses chances à votre projet, vous allez devoir mettre en place une stratégie de communication. Celle-ci portera tant sur la présentation de votre projet (du dossier de demande à la page de la collecte de fonds), que sur sa diffusion sur les réseaux sociaux.

Si elle représente un investissement utile pour votre entreprise et le succès de son activité, cette stratégie a un coût financier, mais aussi humain. Ce coût est à anticiper.

Notre conseil. Anticiper ces difficultés potentielles et s’y préparer avec résilience donneront d’autant plus de chances de succès à votre projet.

Conseils pour réussir son crowdlending

Bien choisir la plateforme

Une fois le type de financement choisi (ici le crowdlending), il faut encore sélectionner la plateforme qui sera la mieux adaptée à votre projet.

  • Quels est son taux de succès ?
  • Quels sont les prérequis pour être sélectionné ? – Par exemple, une ancienneté trop importante pourrait disqualifier directement votre projet si votre entreprise est jeune.
  • Quelle est l’audience de la plateforme ?
  • Quelles sont les valeurs mises en avant sur cette plateforme ?

Recourir aux conseils de professionnels

Qu’il s’agisse des coachs des plateformes ou de conseillers, comme des courtiers, spécialisés dans les financements professionnels, soyez à l’écoute des conseils des personnes compétentes.

Faites appel à votre réseau

Au moment de recourir au crowdlending, toutes les entreprises ne disposent pas d’un service communication… Loin s’en faut !

Néanmoins, autour de vous, dans vos amis, vos proches, votre réseau, vous connaissez peut-être des personnes compétentes en photographie, vidéo, réseaux sociaux qui accepteront de vous aider à relever le défi.

Être présent sur le web

Cela semble évident, néanmoins, il est à noter que nombre de TPE/PME communiquent peu via les canaux digitaux. Outre votre site web, animer un compte Instagram, Twitter ou LinkedIn, une page Facebook… est un moyen de créer autour de vous une communauté qui pourra suivre votre aventure, relayer votre campagne et peut-être même y investir.

Il faudra néanmoins choisir les leviers pertinents en fonction du type d’activité, afin de ne pas disperser vos efforts.

Bien évaluer le montant

Lorsque vous sollicitez un financement, il est important de tenir compte d’un maximum de facteurs afin de cibler un montant bien évalué.

D’une part, il y a

  • le besoin que vous souhaitez financer,
  • la commission d’intermédiation de la plateforme,
  • les frais engendrés par la communication.

D’autre part, il est essentiel tenir compte du fait qu’un montant exagérément élevé pourrait ne pas être atteint et ainsi risquer de causer l’échec de la collecte.

A nouveau, pour fixer ce montant, soyez à l’écoute des conseils de professionnels.

Prenez le temps nécessaire

Une collecte de fonds au travers d’un financement participatif ne s’improvise pas.

Pour que votre projet soit accepté par la plateforme, il faut que celui-ci soit mûrement réfléchi et bien présenté. En outre, la communauté à laquelle votre collecte sera soumise représente non seulement des investisseurs, mais également des ambassadeurs et des clients potentiels. C’est là l’occasion de toucher une cible potentiellement différente de celle de vos campagnes de marketing habituelles.

A LIRE AUSSI

PARTAGER L'ARTICLE

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email